Valérie Trierweiler : virée par Paris Match, elle réagit sur Twitter et reçoit le soutien de certains internautes !

Le magazine Paris Match vient de se séparer de Valérie Trierweiler après près de 30 ans de collaboration. Cette dernière s’est récemment exprimée sur sa situation et a reçu le soutien de certains internautes.

La fin d’une longue aventure de 30 ans

La crise provoquée par la pandémie de Covid-19 a eu des impacts économiques négatifs dans de nombreux secteurs. D’ailleurs, les médias n’ont pas échappé aux effets négatifs de la crise, notamment la baisse significative des recettes publicitaires. Cela a ainsi obligé de nombreux médias à procéder au licenciement d’une part de ses employés.

Malheureusement, le célèbre magazine français Match a dû suivre la tendance. Et ce, même si les ventes hebdomadaires n’ont pas connu de baisse significative. Par ailleurs, le directeur général avait aussi pour projet d’apporter un nouveau souffle quant à la rédaction de l’hebdomadaire.

C’est ainsi que plusieurs journalistes ont été remerciés, dont Valérie Trierweiler qui avait près de 30 ans d’ancienneté dans le magazine. Il est connu de tous que la avait toujours considéré le magazine comme sa seconde maison. Par ailleurs, elle y garde également de très nombreux souvenirs.

C’est une journaliste de La Lettre audiovisuelle, Sandra Muller, qui a fait fuiter l’information sur son compte Twitter le 12 aout 2020. Au moment de la publication de cette information, la principale intéressée  n’avait pas encore réagi.

Sa déclaration sur Twitter ne laisse pas indifférents les internautes

Cependant, il n’a fallu attendre que le lendemain pour recueillir ses réactions. En effet, c’est en cette matinée du 13 aout 2020 que l’ancienne journaliste de Paris Match a confirmé son licenciement. D’ailleurs, c’était la première fois qu’elle s’exprimait sur son licenciement. Comme on pouvait s’y attendre, elle a été très choquée de la fin de son aventure avec sa seconde maison. Elle est visiblement aussi abasourdie sur les circonstances de son licenciement. Par ailleurs, selon elle, les raisons de son licenciement laissent place au doute.

«J’ai appris en plein cœur de l’été et pendant mes congés de façon extrêmement brutale mon licenciement de Paris Match où je travaillais depuis trente ans. Ce licenciement sans aucun motif valable me laisse en état de choc et de sidération » : s’est ainsi exprimée Valérie Trierweiler sur son compte Twitter.

La publication de cette dernière a fait réagir certains internautes. Certains d’entre eux ont ainsi apporté leur soutien à l’ancienne journaliste. On pouvait ainsi lire : « La honte Paris Match, tout mon soutien », « Soutien », « Voilà une nouvelle désolante » ou « Courage de tout cœur avec vous ».

Malheureusement pour Valérie Trierweiler, d’autres n’ont pas été touchés par sa situation. « Voilà ce qui se passe un peu partout … » ou « Cela arrive également à des milliers de salariés précaires », avaient ainsi répondu d’autres internautes.

Il est à rappeler que Valérie Trierweiler a travaillé pour Paris Match depuis 1989. Elle a été au tout début dans le service politique avant d’intégrer en fin de carrière la rubrique littéraire. Très polyvalente, elle mène aussi une carrière à la télévision. En effet, elle est animatrice de l’émission hebdomadaire, le Grand 8, diffusée sur . Par ailleurs, elle écrit également. L’un de ses principaux ouvrages intitulé « Merci pour ce moment » est sorti en 2014. Ce dernier raconte les neuf années de sa relation, les champs Élysée inclus, avec son ancien compagnon . En 2019, c’est l’ouvrage intitulé « On se donne des nouvelles » qu’elle sort. On la voit aussi, entre autres, dans le domaine caritatif également dans lequel elle est visiblement très impliquée. Elle est ainsi la marraine de l’association « Secours Populaire ».


Andrea Faure

Andrea Faure

Rédactrice web depuis 10, je vis pleinement ma passion en travaillant pour plusieurs médias. Je suis également une grande passionnée de voyages, je n'hésite donc pas à partir à l'aventure dans des pays lointains dès que j'en ai l'occasion !