Rentrée scolaire : le port du masque sera désormais obligatoire ! Mais qui va payer la facture ?

Des modalités sanitaires ont été mises en place pour accueillir la rentrée du 1er septembre. Les masques figurent ainsi parmi les fournitures obligatoires des élèves.

La rentrée approche à grands pas pour les Français. Bien que le s’avère toujours présent, un retour à la vie normale s’impose. Ainsi, pour éviter une deuxième vague de l’épidémie du virus, des modalités sanitaires ont été mises en place. Le français a dès lors décidé de rendre les masques obligatoires pour les entreprises, mais surtout pour les établissements scolaires. Qui va ainsi payer ces derniers ?

Une charge importante non négligeable, une obligation de l’État

Dans les collèges et lycées, pour les élèves de plus de 11 ans. Une décision qui prendra effet le 1er septembre, et fera objet dans tous les espaces clos.

Un coût important s’ajouterait ainsi à la liste des fournitures scolaires de chaque étudiant. Selon le Parisien, pour une famille de quatre personnes, dont deux enfants de plus de 11 ans, le budget en masque n’est pas négligeable. Leurs estimations quant à ce dernier pour chaque famille s’élèveront donc à 96 euros par mois pour les modèles lavables. Quant à ceux à usage unique, il sera dans les 228 euros par mois. En effet, si les masques chirurgicaux sont immédiatement jetables, ceux en tissus cessent d’être protecteurs après un certain nombre de lavages.

Dès lors, une question se quant au responsable qui sera chargé de payer ces fameux masques obligatoires. Selon les syndicats, représentés par Sophie Vénétitay, ces coûts doivent être supportés par l’État. Pour eux, le Gouvernement doit aller au bout de la logique. Ainsi, il doit les fournir gratuitement aux élèves. Cette requête a été supportée par la fédération de parents d’élèves FCPE. Rodrigo Arenas, coprésident de cette dernière, annonçait que la puissance publique doit prendre en charge les masques dans les écoles. Comme ils le sont dans les entreprises par les employeurs. Dans le cas contraire, le traitement sera inégal.

Une dépense de plus pour les parents

Si tels ont été les avis des représentants des parents, le ministre de l’Éducation nationale a mentionné le contraire sur son site internet. Ce jeudi 20 août, a annoncé que les masques des personnels enseignants seront pris en charge par l’Éducation nationale. Toutefois, ceux des élèves resteront à la charge des familles. « C’est un peu comme un vêtement… donc cela fait partie des fournitures de rentrée », s’était-il défendu. De plus, ce ministre a ajouté que si les masques sont régulièrement lavés, le coût de chaque foyer sera minime. Une affirmation qu’il a annoncé lors de sa visite dans une école de l’Oise.

Toutefois, au sujet des familles les plus démunies, le ministre s’était voulu rassurant. Jean-Michel Blanquer a donc assuré que l’État fournira des masques pour celles qui seraient en « grande difficulté ». Pour ce faire, le ministère de l’Éducation nationale dotera des masques à la disposition des élèves qui n’en disposeraient pas. Ceci sera applicable dans chaque collège et lycée.

Outre cela, Jean-Michel Blanquer a également annoncé une décision ministérielle, ce vendredi 21 août. Au micro de BFMTV, il a déclaré que l’allocation de rentrée scolaire a été majorée de 100 euros, pour cette année. Une aide qui sera accordée aux foyers les plus modestes. De plus, le ministère est également soutenu par certaines collectivités territoriales. Tel est le cas de l’Île-de-France qui distribuerait deux masques lavables à 500 000 lycéens.

De la région Occitanie, qui fournirait gratuitement deux masques textiles à chaque étudiant des lycées. Ceci est même renouvelable en fonction du besoin et de la situation sanitaire. Ou encore du département de Seine-Saint-Denis, qui prendra aussi les devants en optant pour une distribution de masques à tous les collégiens. Quoi qu’il en soit, cette lutte contre le coronavirus est adressée à tout le monde. De ce fait, chacun doit y prendre part.


Andrea Faure

Andrea Faure

Rédactrice web depuis 10, je vis pleinement ma passion en travaillant pour plusieurs médias. Je suis également une grande passionnée de voyages, je n'hésite donc pas à partir à l'aventure dans des pays lointains dès que j'en ai l'occasion !