Karl Lagerfeld : les parents du célèbre styliste ont été nazis et ont employé des travailleurs forcés !

Si le secret sur la famille de Karl Lagerfeld était bien enfoui, actuellement le mystère se dévoile petit à petit. Il a été révélé qu’Otto Lagerfeld devait sa fortune à des prisonniers, enrôlés de force pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le passé sombre de la famille de Karl Lagerfeld

De son vivant, la légende de la mode a toujours été discrète quant à son enfance, ainsi que sa famille. Aujourd’hui, une partie du mystère a été révélé au grand jour. En 2019, dans sa biographie intitulée « Kaiser Karl », Raphaëlle Bacqué avait déjà révélé quelques détails sur ce sujet. La française a annoncé qu’à l’époque, le père du grand couturier s’était arrangé avec le régime du IIIe Reich. Ceci étant pour qu’il puisse poursuivre ses activités industrielles. « C’était une forme de collaboration. Une compromission qui a été insupportable pour Karl Lagerfeld. Ce dernier a donc préféré quitter l’Allemagne à ses 19 ans. Depuis, il a fait en sorte qu’on n’évoque jamais cet aspect-là de son père. » a expliqué l’auteur.

L’affaire ne s’était pas arrêtée à cet ouvrage de Raphaëlle Bacqué. En effet, un livre-enquête venait de sortir ce jeudi 17 septembre, en Allemagne, pour éclaircir la nature de cette collaboration. Ainsi, ce dernier a mis en exergue la politique au sein de Glücksklee, la fabrique de lait concentré d’Otto Lagerfeld. Il s’avère que l’usine a employé des travailleurs forcés soviétiques et des prisonniers de guerre yougoslaves, entre 1941 et 1944. Au total, ces derniers étaient dans les 70 à 80 travailleurs chez l’entreprise Lagerfeld. Selon les Archives Arolsen, Braim Maric était l’un des prisonniers de guerre yougoslave qui a été victime de ces travaux forcés.

En outre, l’ouvrage a également mis en avant que le père du styliste était membre du parti nazi. Plus précisément, il a été dans le NSDAP, le parti d’Adolf Hitler, entre 1933 et 1945. Aussi, Elisabeth Bahlmann, la mère de Karl Lagerfeld, aurait été une nazie convaincue. À l’égard de tout cela, durant son enfance, l’ancien directeur artistique des maisons Chanel et Fendi était complètement ignorant. Il n’avait pris connaissance des agissements de ses parents qu’après la guerre.

Un personnage emblématique dans l’univers de la mode

Karl Lagerfeld est sorti d’une famille aisée. Il est le fils d’un homme d’affaires scandinave et d’une mère prussienne. Après avoir passé son enfance en Allemagne, le grand couturier s’était envolé pour , accompagné de sa mère. Dans la capitale, ce dernier a suivi sa scolarité au lycée Montaigne, puis a commencé sa carrière comme illustrateur de mode.

Il débutait chez Jean Patou, puis il s’était imposé chez Chloé et enfin Fendi, à partir de 1965. En 1983, Karl Lagerfeld a été choisi pour redresser la maison de couture Chanel, après la disparition de Coco Chanel. Parallèlement, en 1984, l’immuable « Kaiser » de la mode a créé sa propre maison de couture « Karl Lagerfeld ». L’année 1991, Chloé a refait appel à lui pour redorer le blason de sa marque. Depuis, il n’a cessé de collaborer avec plusieurs marques. Tels sont les cas de  H & M, et Coty. En 2007, le styliste a vendu toutes ses marques à Tommy Hilfiger, pour ensuite créer « K par Karl ». Une ligne pour hommes et femmes qui est plus accessible.

Quoi qu’il en soit, une chose est sûre. L’ancien directeur artistique des maisons Chanel et Fendi est une icône indéniable de la mode. Pendant des décennies, il a su poser son empreinte dans monde de la Haute Couture. Sous ses lunettes noires, ses cheveux blancs en catogan, ses mitaines, son costume strict, Karl Lagerfeld ne laissait pas indifférent. Sa personne sera gravée à jamais parmi les grands couturiers dans le monde entier.


Andrea Faure

Andrea Faure

Rédactrice web depuis 10, je vis pleinement ma passion en travaillant pour plusieurs médias. Je suis également une grande passionnée de voyages, je n'hésite donc pas à partir à l'aventure dans des pays lointains dès que j'en ai l'occasion !