4 mariages pour une lune de miel : un couple surendetté à hauteur de 50 000 euros est poursuivi en justice !

Aurélie et Steeve se sont mariés à l’occasion d’une superbe cérémonie diffusée sur TF1 dans l’émission 4 mariages pour une lune de miel. Aujourd’hui ils vivent un terrible drame financier…

4-mariages-1-lune-de-miel
source : téél scoop

Alors que les deux tourtereaux Aurélie et Steve étaient au chômage avant leur et le tournage de l’émission, ils se sont quand même endettés jusqu’au cou pour faire de leur cérémonie un moment magique. Quitte à se retrouver submergés par les dettes une fois l’émission passée…

Un mariage et un surendettement dramatique

On se souvient tous d’Aurélie et Steve qui s’était mariés à l’occasion de 4 mariages pour une lune de miel, la célèbre émission de qui donnerait (presque) envie de se marier pour organiser une fête d’une tête ampleur.

Oui, mais voilà, ce qui apparaît parfois à l’écran comme un véritable conte de fées peut parfois cacher une réalité dramatique.

Le mariage des deux tourtereaux qui avait été célébré le 14 juin était organisé autour du thème « chic et strass », un thème qui laissait présager de grosses dépenses.

Le problème c’est qu’Aurélie et Steven sont au chômage et dans une situation assez critique d’après les sources, et ce, déjà depuis bien avant l’émission. Un petit détail qui a son importance lorsque l’on connaît les dépenses engendrées lors d’un mariage de grande taille.

Des dettes qui s’accumulent

À l’époque des préparatifs, le couple avait déjà « 11 523 euros d’arriérés de loyers » à son actif à cause d’une longue histoire de vente, achat, investissement et détournement de clientèle…

Aurélie, esthéticienne, avait décidé de se lancer dans son propre business. Elle avait alors obtenu un prêt de la banque de 36 000 euros en 2008, afin de racheter un fonds de commerce à Villeurbanne.

Malheureusement, sa société a été liquidée en 2010 et la banque était toujours en attente des remboursements (à ce jour il restait près de 22 000 euros à rembourser)

L’esthéticienne a alors tenté de vendre son salon et a finalement réussi à trouver une acheteuse. Acheteuse qui a par la suite porté plainte contre elle devant les tribunaux, en accusant Aurélie de détourner la clientèle du salon. En effet, il semblerait qu’après la vente de l’établissement la jeune femme contactait ses anciens clients afin de leur proposer des soins à domicile.

Une plainte a donc été déposée contre Aurélie devant le tribunal du commerce de Lyon et celle-ci aurait dû payer une amende de 5 000 euros.

Le couple avait alors avant le début de l’émission, décidé de repousser l’échéance de remboursement et avait obtenu en septembre 2014, un moratoire 2 ans, puis a carrément réussi à faire annuler les dettes, en expliquant qu’ils ne pourraient jamais rembourser ce montant exorbitant.

Une dette effacée certes, mais des créanciers furieux qui ont d’ailleurs contesté cette décision devant la .

Mensonge, dépenses, fraude et mariage …

Alors que le couple annonçait quelques années auparavant ne pas pouvoir payer leurs dettes, les créanciers ont été surpris de voir diffusé à l’antenne, un mariage où l’argent n’avait finalement pas l’air de manquer. Eh oui, rappelez-vous que la production ne paye pas les mariages de l’émission, et que les couples doivent y aller de leur poche !

Et leur mariage qui avait rassemblé près de 100 personnes dans le domaine de Bellevue n’était  pas gratuit. Devant les tribunaux, Aurélie a d’ailleurs justifié les 3 478 euros de location du lieu en disant que son père avait tout financé.

Malheureusement, mauvaise pioche pour le couple qui a tenté de rajouter cette facture à la liste de leurs dettes « non remboursable”, puisqu’il s’agit d’un délit de fraude que d’inclure une dette appartenant à autrui et de demander son effacement dans une procédure de surendettement.

À la suite de leur mariage, les sources rapportent que les dettes s’élevaient alors à 47 668 euros. Un chiffre qui ne fait qu’augmenter et qui pour le tribunal traduit une très claire mauvaise foi quant à leur “impossibilité de payer leurs dettes”.

Résultat ? Le tribunal d’instance a considéré en janvier 2018 que le couple de ‘mauvaise foi’, devra rembourser sa dette et que la suspension ou l’effacement de celle-ci n’aura pas lieu. La décision a d’ailleurs été confirmée janvier 2020 devant la cour d’appel.


Arielle Cardin

Arielle Cardin

Passionnée par l'écriture depuis mon plus jeune âge et maman de deux enfants, je partage aujourd'hui mon temps entre la rédaction de news people et ma vie de famille !